Le gouverneur de la province du Haut-Ogooué, Eloi Nzondo a bouclé la troisième étape de sa prise de contact avec les populations, mercredi et jeudi, par les départements de Lékoni Lékori et Lékabi Lewolo (Sud-Est du Gabon), dans une ambiance de grands jours, a constaté l’AGP.

A  Akiéni, tout comme à Ngouoni, le gouverneur et la délégation qui l’accompagnait, ont été chaleureusement accueillis, au rythme des groupes socio-culturels.

Tout en saluant le dynamisme et les œuvres de certains cadres, dans le rayonnement de ces deux localités, M. Eloi Nzondo a tout de même, relevé quelques problèmes qui minent le département de Lékoni-Lékori. Il s’agit entre autres, des problèmes d’adduction d’eau, la réhabilitation de l’équipement du lycée Toussaint Pity, le chômage des jeunes et la destruction des champs par les éléphants. Il a promis de les relayer fidèlement aux plus hautes autorités de la République.

Comme dans toutes les localités où il est passé, le n°1 de la province du Haut-Ogooué  n’a pas manqué d’insister sur le respect de l’autorité de l’Etat qui semble être foulée au pied, ainsi que l’unité et la paix, gage du vivre ensemble.

A Ngouoni, le gouverneur et sa délégation ont eu l’honneur de visiter le Centre médical de cette ville, un joyau architecturale, ayant les mêmes caractéristiques qu’un Centre hospitalier universitaire (CHU).

Le seul hic, malgré l’immensité de la structure, certains personnels soignants affectés attendent leurs intégrations à la Fonction publique depuis 6 ans, et, sont pour l’instant payés grâce aux entrées propres de l’hôpital.

Avec 6418 habitants, le département de Lékabi-Léwolo parait l’un des mieux urbanisés du Gabon, grâce à la bonne organisation de ses cadres, autour d’une grande structure associative dénommée ‘’Tsoumou’’. Raison certainement pour laquelle, aucune doléance n’a été formulée lors des audiences conjointement accordées  à toutes les couches de la population.

Malgré la proximité avec Franceville, environ 30 km, le patron de la province du Haut-Ogooué a tenu à y passer la nuit, comme dans  les autres départements déjà visités, pour écouter et toucher du doigt les préoccupations de ses concitoyens.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here